logo anateepSécurité et qualité
du transport de jeunes
logo vivre ensemble marianne webLogo Ministere Education Nationale web

Membres partenaires

logo ubitransportLogo Maiflogo Iveco Bus

Déconfinement et transport scolaire : l’Éducation nationale n’en parle (toujours) pas...

Imprimer

Auditionné mardi 21 avril par la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, a précisé les pistes de travail du gouvernement pour organiser le retour des élèves dans les établissements scolaires à partir du 11 mai 2020.

La rentrée scolaire, après près de deux mois de confinement strict, s’étalerait sur trois semaines. Les grandes sections de maternelle, les CP et les CM2 reprendraient les premiers le chemin de l’école, à partir du 11 mai. Une semaine après, le 18 mai, ce serait le tour des élèves de 6e et de 3e au collège, de ceux de première et de terminale au lycée ainsi que ceux scolarisés en ateliers industriels des lycées professionnels. Enfin, les classes restantes, soit la majorité des élèves, feraient leur rentrée le 25 mai. Les écoles en milieu rural, avec moins de 15 élèves, pourront rouvrir dès le 11 mai. Aucune classe ne pourra accueillir plus de quinze élèves.

Le ministre a toutefois précisé que ce plan prévisionnel n’était «valable que si les conditions de sécurité sanitaire étaient assurées» et que «tout serait fait en conformité avec la doctrine générale pour ce qui est du port du masque et autres mesures de protection». Les recteurs auront la latitude d’adapter les mesures prises nationalement aux contraintes locales (notamment sanitaires) de leur territoire de compétences. Jean-Michel Blanquer a enfin précisé qu’il ne s’agissait de là que de grands principes et que certaines collectivités pourraient décider de reporter leur rentrée. “On peut imaginer que dans certains endroits le confinement soit maintenu”, a-t-il même déclaré.

Quant au transport scolaire, n’étant pas (comme à son habitude) un dossier prioritaire, le secteur devra manifestement s’adapter… alors même que les concertations se poursuivent entre les pouvoirs publics, les régions, les autorités organisatrices de la mobilité, les opérateurs et les divers partenaires du transport d’élèves.