logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public

Drame de Millas : plus jamais...

COMMUNIQUÉ DU 14 DECEMBRE 2018En ce moment de recueillement national, un an exactement après la tragédie de Millas (Pyrénées-Orientales) qui a coûté la vie de s...

Lire la suite...

Une ministre à l’écoute…

Le 28 novembre 2018, une délégation conjointe de l’ANATEEP, emmenée par sa Présidente, la sénatrice Nicole Bonnefoy, et de la FCPE a été reçue par la ministre d...

Lire la suite...

La menace de déspécialisation des transports scolaires

L’ANATEEP, co-fondatrice de l’organisation internationale non gouvernementale AIST (association internationale pour la sécurité du transport des jeunes), organi...

Lire la suite...

logoversed
petitlogo men 2017 petitlogo_mindscr
logo-iveco-bus logo adf 2016
Le 26 janvier 2017, l’Association nationale pour les transports éducatifs de l’enseignement public (ANATEEP) organisait son Séminaire national annuel sur le thème : « Transport scolaire : le nouvel attrait des organisateurs de proximité », devant une nombreuse assistance, dans une grande diversité d’acteurs (conseils régionaux, départementaux, agglomérations... et des AO2).
2017 seminaire partenaires

Eric Breton, Directeur d’études de l’ANATEEP, a d’emblée montré combien les transports scolaires, depuis plus de 60 ans, sont liés aux communes et aux syndicats intercommunaux, sans que les réformes mises en œuvre (y compris la décentralisation de 1984) remettent en cause cette action communale et intercommunale, via les délégations de compétences, via le financement direct ou indirect des transports d’élèves. Face à cet enjeu de proximité, à l’orée du «grand saut» de septembre 2017, Michel Neugnot, Vice-Président de Bourgogne Franche Comté (et Président de la commission Mobilités à Régions de France), puis Philippe Fournié, Vice-Président de Centre Val de Loire, ont insisté sur leur volonté de s’appuyer au maximum sur les acteurs de terrain, au premier rang desquels les organisateurs de proximité, mais ils ont aussi commencé à restructurer leurs services pour assurer une «réponse territorialisée» (agences, maisons de la région), selon l’expression de Michel Neugnot. Quant à la politique engagée dès septembre prochain, la gratuité des transports scolaires (hors frais de dossier) pour les familles sera assurée dans ces deux régions, afin d’assurer un accès équitable aux établissements scolaires. La qualité de service («la ligne directrice de notre mandat» (sic)) ne sera pas absente puisque Michel Neugnot a annoncé la généralisation de l’accompagnement dans les transports scolaires à la rentrée 2018. Philippe Fournié, lui, a insisté sur ses choix stratégiques : «nous avons besoin de faire évoluer les services de transport scolaire vers du positif, dans un budget raisonnable. La gratuité sera maîtrisée avec de nouveaux moyens techniques (billettique,...)».

La régionalisation des transports scolaires ne doit pas occulter une autre réalité, qui montre que les communes et leurs regroupements, quelle que soit leur taille, sont confrontés de façon croissante à cette spécificité du transport scolaire. Côté agglomérations, parole était donnée à Nicolas Bohere, de la Direction des mobilités au Syndicat mixte des transports en commun de la métropole de Grenoble (SMTC). Le transport d’élèves est loin d’y être anecdotique : 25 000 élèves transportés chaque jour sur le réseau TAG dont 5 000 élèves transportés dans les services à vocation scolaire sur 214 lignes, 11 communes en délégation de compétence,... Les missions du syndicat sont en effet très semblables à celles de nombreux conseils départementaux : opérations de sensibilisation des jeunes en collaboration avec l’ANATEEP, concertation avec les établissements scolaires, desserte très fine du territoire, au plus proche des habitants, avec des lignes spécifiques... Nicolas Bohere l’assure : «le transport scolaire est une des composantes du réseau urbain». S’il n’en fallait qu’une preuve, «les services scolaires permettent de "soulager" certaines lignes du réseau général, quasi saturées aux heures de pointe».

Mais le «pôle communal», ce sont aussi les petites structures syndicales intercommunales (SIVU, SIVOS, SIVOM,...), qui forment l’ossature des AO2 en France. Fabienne Lambert-Favrel, du SITS de Plancoët (Côtes d’Armor – Bretagne), a parfaitement montré toute l’expertise développée depuis sa création en 1970 : 500 élèves transportés chaque jour, gestion du personnel et d’une flotte de 8 autocars, transports scolaires et périscolaires,... Fabienne Lambert-Favrel a surtout montré que le transport scolaire ne se résume pas à du «graphicage» ou à de la consommation de carburant : «le SITS est un formidable outil de proximité, en totale immersion avec la communauté scolaire et les acteurs locaux. Nous avons une équipe où les valeurs humaines ont un sens».

Et pourtant, la réforme territoriale, la recomposition des intercommunalités remettent aujourd’hui en cause l’existence même du SITS de Plancoët. Tous les participants au Séminaire avaient la réponse sur le bout des lèvres : «ce serait bien dommage !...»


> Les suites du séminaire (accès protégé reservé aux participants)

2017 01 26 i > Galerie photos
artsetvie600x120

solidaritelaique