logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
ta2019 carreCampagne 2019-2020

Communiqué de presse ANATEEP du 23 mars 2020

Port de la ceinture dans les cars : les "nudges" primésLa Sécurité routière organisait, pour la quatrième année consécutive, le concours innovation, qui vise à...

Lire la suite...

Inédit : le transport scolaire suspendu !

Face à la « plus grave crise sanitaire depuis un siècle » dans le pays, le chef de l‘État a annoncé notamment la fermeture des crèches et de tous les établissem...

Lire la suite...

Transport des maternelles : un accompagnement nécessaire

L’ANATEEP organisait son 17ème Séminaire national annuel consacré cette année à « l’accompagnement dans le transport scolaire : enjeux et mode d’emploi », un th...

Lire la suite...

logoversed
petitlogo men 2017 petitlogo_mindscr
logo-iveco-bus logo adf 2016

L’ANATEEP et le SNPDEN, premier syndicat de personnels de direction de l’Education nationale (proviseurs et principaux), se sont réunis le 4 décembre 2019, pour faire le bilan, sur les implications de la réforme du lycée en matière de transport scolaire.
Même si elle est prévue par les textes, la possibilité pour un lycéen de suivre une spécialité dans un autre établissement que le sien n’a pas vraiment fonctionné à la rentrée. Hormis dans quelques lycées parisiens, il est techniquement presque impossible de faire coïncider deux emplois du temps, y compris entre deux lycées d’une même commune. Les «réseaux dits de spécialité» existent donc très «à la marge». Par contre, les recteurs ont tous installé les sept spécialités dans tous (ou presque) les établissements (sauf spécialités rares réparties sur le bassin).
lycee 2019 12Pour la rentrée prochaine, les terminales vont intégrer la réforme. La «superposition des cours» (les fameux demi-groupes) va devenir quasi-impossible dans les prochains emplois du temps. Comme le libre choix est laissé aux familles, le groupe classe ne subsistera que sur le «tronc commun» (français, histoire, langues vivantes) ; le reste, ce sont les spécialités avec toutes les combinaisons possibles ! Selon le SNPDEN, tout cela va «générer de l’amplitude journalière», avec notamment la prolongation de la journée à 18h ou 18h20. Autre conséquence : le mercredi après-midi semble devoir être utilisé de manière généralisée, plutôt que l’ouverture le samedi matin, jugée dispendieuse aussi bien pour les lycées (donc les régions) que pour les autorités organisatrices de transport.
Actualité oblige, le décalage des entrées/sorties d’établissement réclamé par la FNTV notamment: Le SNPDEN estime qu’il ne peut y avoir une mesure nationale en la matière : «il faut laisser les établissements et les décideurs locaux trouver les solutions. Les conditions d’exercice, les contraintes, d’une région à l’autre, voire d'un bassin scolaire à l'autre sont très différentes». Quant à une demande récurrente des organisateurs de transport, à savoir contraindre les élèves à prendre le car pour lequel ils sont prévus plutôt que d’attendre le dernier (avec le risque de surnombre), le SNPDEN est dubitatif : «c’est un peu comme à la cantine le midi (sic) ! On ne peut pas imposer de prendre le bus prévu. Derrière, il y a des familles, des professeurs qui manquent, des salles de permanence insuffisantes, etc. Il ne faut pas mettre en place un système trop rigide !».
L’ANATEEP et le SNPDEN souhaitent poursuivre leurs fructueux échanges afin que les transports puissent pleinement s’intégrer dans la vie de l’élève… et des établissements scolaires.


solidaritelaique