logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
ta2019 carreCampagne 2019-2020

Communiqué de presse ANATEEP du 23 mars 2020

Port de la ceinture dans les cars : les "nudges" primésLa Sécurité routière organisait, pour la quatrième année consécutive, le concours innovation, qui vise à...

Lire la suite...

Inédit : le transport scolaire suspendu !

Face à la « plus grave crise sanitaire depuis un siècle » dans le pays, le chef de l‘État a annoncé notamment la fermeture des crèches et de tous les établissem...

Lire la suite...

Transport des maternelles : un accompagnement nécessaire

L’ANATEEP organisait son 17ème Séminaire national annuel consacré cette année à « l’accompagnement dans le transport scolaire : enjeux et mode d’emploi », un th...

Lire la suite...

logoversed
petitlogo men 2017 petitlogo_mindscr
logo-iveco-bus logo adf 2016

Toujours plus de transport scolaire en agglomération


L’ANATEEP* publie aujourd’hui les résultats de son enquête sur "Les agglomérations face au transport des scolaires"**.
Menée d’avril à septembre 2017, cette étude souligne la profonde mutation de l’organisation du transport scolaire en France.
Pour la première fois depuis plus de cinquante ans, il y a davantage d’enfants transportés en agglomération qu’en zone non urbaine. Depuis 2013, environ 740 000 élèves ont basculé d’une gestion départementale à une gestion intercommunale, conséquence directe de l’extension continue des ressorts territoriaux des autorités organisatrices de la mobilité (RTAOM). En 2017, 1,876 million d’élèves sont transportés en agglomération contre 1,4 million en région.
Face à l’extension de leur ressort territorial et l’intégration de communes rurales, les agglomérations ont tendance à recourir davantage aux délégations de compétences avec leurs communes membres ou autres syndicats. Le taux de recours aux AO2 atteint déjà 50% pour les communautés d’agglomération.
Compte tenu du poids démographique des métropoles et communautés urbaines, plus des deux tiers des élèves transportés chaque jour en agglomération le sont sur des lignes régulières, leur proportion dans le total des élèves transportés passant même de 50 à 70 % en quatre ans ! La question du développement du transport debout d’enfants dans les ressorts territoriaux pose de nombreuses questions de sécurité... et de légalité.
Le coût par élève transporté a augmenté de +9,1 % entre 2013 et 2017. Confrontées à des problèmes budgétaires importants, les agglomérations semblent vouloir resserrer les critères de subventionnement (seuils kilométriques moins favorables, âge de l’élève réinstauré,…). Dans le même temps, la gratuité du transport scolaire pour la famille perd du terrain (de 27 à 18 % des agglomérations entre 2013 et 2017) et/ou le prix de la carte jeune augmente sensiblement (+27 % en quatre ans !). Les parents d’élèves sont donc amenés à mettre plus souvent la "main à la poche". Cette évolution est assez préoccupante pour l’ANATEEP. Elle demande aux autorités organisatrices de la mobilité de prendre conscience de l’enjeu social et éducatif du transport scolaire. L’usager scolaire n’est pas un client comme un autre…
> pdfLa synthèse de l’enquête.

* Association nationale pour les transports éducatifs de l’enseignement public
** Avec le soutien financier de la DGITM (Ministère de la transition écologique et solidaire) et l’appui du GART et de l’AdCF auprès de leurs adhérents respectifs pour accroître le taux de réponse à l’enquête..

solidaritelaique