logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
logo anateep
Association NAtionale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public
Le transport
des scolaires dans les AGGLOMÉRATIONS
(questionnaire 2017 à télécharger)

Dépliant "Les bonnes habitudes"

La nouvelle version du dépliant « TRANSPORTS SCOLAIRES, LES BONNES HABITUDES POUR LA SECURITE DE TOUS » élaborée par la Délégation interministérielle à la sécur...

Lire la suite...

L’ANATEEP en Assemblée générale à Tours (Centre Val de Loire)

L’ANATEEP a tenu son Assemblée générale annuelle à Tours (Indre-et-Loire) les 13 et 14 mai 2017. Elle a rassemblé les délégués de quarante-deux départements ven...

Lire la suite...

Le ministre répond à l’ANATEEP

Suite à deux accidents tragiques en février 2016 occasionnant le décès de huit adolescents, la Présidente de l’ANATEEP avait saisi le ministre de l’intérieur po...

Lire la suite...

logoversed
petitlogo minen esr petitlogo_mindscr
logo-iveco-bus logo adf 2016

«En car comme en voiture, je boucle ma ceinture».

> zipTélécharger les photos du lancement de la Campagne (66 Mo)

Le 24 septembre 2015, le Président de l'ANATEEP*, le sénateur Jean-Claude Frécon, a lancé la 29ème édition de la campagne annuelle d'éducation à la sécurité et à la citoyenneté « Transport Attitude ». L'opération de sensibilisation, animée par Willy Douche, Président de l'ADATEEP du Pas-de-Calais, s'est déroulée au collège Claude Monet, de Magny-en-Vexin (Val d'Oise), autour d'Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la sécurité routière, de Yannick Blanc, Préfet du Val d'Oise, d'Yves Jannier, Procureur de la République et de Martine Gauthier, Inspectrice d'académie. La campagne est centrée cette année sur le thème : « En car comme en voiture, je boucle ma ceinture ». Le délégué interministériel s'est félicité de l'implication de l'ANATEEP sur le terrain et de la mobilisation des partenaires du transport scolaire pour plus de sécurité ../..
2015 09 24 anateep lancement campagne
De g. à droite : Sébastien Pourtout (IVECOBUS), Ingrid Mareschal (FNTV), Jean-Claude Frécon (ANATEEP), Emmanuel BARBE (Délégué interministériel à la Sécurité routière), Yannick Blanc (Préfet), Tony Léger (STIF) - photo : ANATEEP

Depuis le 1er septembre 2015, tous les autocars en circulation sont équipés de ceintures et il est impératif de les boucler pour une parfaite sécurité. Ce fut le message largement repris au cours de la matinée par les différents intervenants. Et c'est ce message qui sera développé au cours des quelque 2500 opérations, pour environ 210000 élèves, que l'ANATEEP initiera encore cette année. Cette 29ème édition bénéficie du soutien actif de la fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), qui était représentée pour l'occasion par Ingrid Mareschal, sa Secrétaire générale. Elle a insisté sur la volonté des transporteurs de relayer ce message de sécurité auprès des jeunes usagers. Le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), adhérent fidèle de l'ANATEEP, a souhaité également soutenir ce lancement de campagne. Enfin, le constructeur Iveco Bus reste le partenaire officiel de l'ANATEEP pour l'opération « Transport Attitude ». Ces soutiens permettent la diffusion massive du jeu LUDOCAR, pour smartphones et PC, support ludique de sensibilisation au port de la ceinture de sécurité, pour tous les usagers des autocars.

> LA VIDEO

> Pour en savoir plus sur la campagne et le jeu (matériel, visuels,...)

Le ministère de l'Intérieur et le ministère de la Décentralisation ont adressé récemment aux préfets une circulaire portant sur l'élaboration et la mise en œuvre des nouveaux schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI). La promulgation de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) implique en effet l'élaboration de nouveaux schémas afin de « rationaliser les périmètres » selon l'Etat. Le calendrier envisagé est des plus resserrés. Les nouveaux SDCI doivent être arrêtés d'ici le 31 mars prochain et prendre effet au 1er janvier 2017. Avec, entre ces deux dates, plusieurs échéances intermédiaires, dont les arrêtés de projets de périmètres d'ici le 15 juin 2016.
pdfLa circulaire
Communiqué de presse du 2 septembre 2015

Le 1er septembre 2015, quelque 12,5 millions d'élèves ont fait leur rentrée. Un tiers d'entre eux (soit 3,8 millions) ont utilisé un mode de transport collectif (car, bus, tramway, métro) pour se rendre dans leur établissement scolaire.

Cette activité, vitale pour l'accès à l'éducation des jeunes mais souvent méconnue du grand public, reste sous la responsabilité des autorités organisatrices de transport (AOT), conseils départementaux, agglomérations et organisateurs locaux. Ces AOT y affectent un peu moins de 3 milliards d'euros, dont presque 2 milliards à la charge des seuls Départements.

L'ANATEEP* se félicite que la mobilisation continue de l'ensemble des partenaires concernés par le transport scolaire (organisateurs, transporteurs, communauté scolaire), depuis de nombreuses années, en ait fait un secteur de référence en matière de sécurité. L'autocar est 30 fois plus sûr que la voiture et 300 fois plus sûr que la moto. Malgré ce bilan très satisfaisant, ce 1er septembre, deux nouvelles mesures viennent encore renforcer le dispositif de sécurité des transports de personnes, notamment scolaires : l'obligation d'équipement d'un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour tous les autocars et la généralisation de l'équipement en ceintures de sécurité de tous les autocars en circulation.

À cette occasion, l'ANATEEP associe la FNTV* à sa campagne nationale annuelle de sensibilisation Transport Attitude. Cette année, l'accent sera mis sur le respect du port de la ceinture de sécurité dans les autocars, avec le slogan : « En car comme en voiture, je boucle ma ceinture ». La campagne sera lancée le 24 septembre 2015, à Magny-en-Vexin (Val d'Oise), en présence du Délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe.

> Pour en savoir plus

*Association nationale pour les transports éducatifs de l'enseignement public (ANATEEP)
* Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV)
Réunie le 9 juillet, la commission mixte paritaire (CMP) a trouvé un compromis entre députés et sénateurs sur le projet de loi « NOTRe ». Si les ports, le tourisme, les collèges et les routes restent dans le champ de compétences des Départements, toute la chaîne des transports, y compris les services à titre principal scolaires (SATPS), sera transférée aux Régions, hormis les transports des élèves et étudiants en situation de handicap. Cette question du transport scolaire aura été un sujet très conflictuel qui aura donné lieu à de multiples rebondissements, les députés ayant même rejoint l'avis des sénateurs en seconde lecture, le temps d'une nuit, avant que la ministre ne fasse engager « une seconde délibération » !... Cette nouvelle architecture devrait permettre aux régions, selon la ministre Marylise Lebranchu, « de s'assurer de la complémentarité entre les modes de transports ». Dont acte.
Dans un autre domaine, la CMP s'est accordée sur le nouveau seuil des intercommunalités. Il sera désormais de 15 000 habitants, sauf dans certaines zones spécifiques comme en montagne ou sur les îles. Le gouvernement souhaitait fixer ce seuil à 20 000 habitants, le Sénat à 5 000. A terme, hormis dans quelques territoires particuliers, il ne devrait donc plus rester de communes hors d'une intercommunalité.
Le texte commun adopté hier en Commission va maintenant faire l'objet d'une ultime lecture à l'Assemblée et au Sénat.
L'enquête « Transports collectifs départementaux » a été lancée le 3 juin dernier, à l'initiative du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie (MEDDE) et de l'Assemblée des départements de France (ADF), en partenariat avec le GART, l'ANATEEP et la FNTV. Depuis 2010, le questionnaire TCD est directement accessible en ligne à l'adresse https://www.enquetetcd.fr. Ce questionnaire a été revu en 2013 afin de mieux correspondre aux attentes des Départements. La saisie complète du questionnaire doit être terminée pour le 31 juillet 2015 au plus tard. L'ANATEEP ne peut qu'inciter ses conseils départementaux adhérents à répondre, les réponses permettant d'avoir une meilleure connaissance des transports collectifs de voyageurs et de leur évolution.
Le 69ème Congrès de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) s'est tenu à Reims du 23 au 25 mai 2015. À cette occasion, elle a adopté une motion rappelant son attachement à la gratuité, « un grand principe républicain à réaffirmer au sein de la réforme territoriale ». Selon la Fédération, « d'ores et déjà, se pose la question de l'équité de traitement entre des territoires soumis jusqu'à présent à des règles différentes ». La FCPE demande donc, entre autres, « la gratuité des transports et les coûts liés aux stages, apprentissages, examens et les sorties liées aux projets pédagogiques ».
La motion
BussereauDominique Bussereau, l'actuel Président UMP du conseil départemental de la Charente-Maritime a été élu, mercredi 13 mai, président de l'Assemblée des départements de France (ADF). Longtemps Secrétaire d'Etat aux transports sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Dominique Bussereau n'entend pas « transformer l'ADF en relais partisan de l'opposition », mais « veut lui redonner une plus grande influence », d'autant que « les départements retrouvent une nouvelle modernité avec la création des futures grandes régions qui nécessite des collectivités de taille intermédiaire ». La seconde lecture du projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) qui débute en mai, sera, à ses yeux, un test. Député de Charente-Maritime, Dominique Bussereau entend s'appuyer sur « la force de frappe » des parlementaires également élus départementaux pour que la discussion du projet de loi permette aux transports scolaires et aux ports – dévolus aux régions actuellement – de revenir dans le giron des départements.
Le conseil des ministres du 1er avril a entériné le remplacement de Jean-Robert Lopez par Emmanuel Barbe, magistrat, comme délégué interministériel à la sécurité routière et délégué à la sécurité et à la circulation routières. Jean-Robert Lopez avait pris ses fonctions en avril 2014, il y a un an. Il paie sans doute les mauvais résultats de la sécurité routière puisque, pour la première fois depuis douze ans, le nombre des morts sur les routes de France a augmenté (+3,7 % par rapport à 2013). Emmanuel Barbe était jusque-là conseiller diplomatique au Cabinet du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

GART medium

anateep medium

Réforme des rythmes scolaires :
un surcoût annuel de 157 euros par élève transporté à la charge des Départements

L'étude conjointe du GART et de l'ANATEEP, publiée le 19 février 2015, met en évidence que la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires pour l'année 2014 a engendré un surcoût – non compensé – de l'ordre de 80 millions d'euros pour les conseils généraux, soit 157 euros supplémentaires par élève et par an. Cette charge financière vient s'ajouter au coût annuel habituel du transport scolaire estimé à 1000 euros par élève.

Les Départements ont dû faire face à une série de difficultés, au premier rang desquelles la question des enchevêtrements des temps scolaires et périscolaires. En effet, transporter un élève à l'issue des activités périscolaires, engage un transfert de responsabilités au niveau des conseils généraux, qui n'ont pas légalement compétence sur les activités périscolaires. Néanmoins, pour faire face aux délais réduits prévus par la Loi, et assurer la continuité du service public, les Départements ont dû adapter au mieux les temps scolaires et périscolaires en optimisant les circuits. Cette adaptation en urgence s'est traduite par une nouvelle charge financière non compensée par les pouvoirs publics mais dont les conséquences organisationnelles ont été globalement maîtrisées.

Cette enquête révèle également que l'impact budgétaire moyen de la réforme pour un conseil général s'élève à 4 % de son budget Transports scolaires. Mais cette moyenne cache de fortes disparités selon les territoires, avec un minimum de 1 % (Morbihan, Rhône, Haute-Savoie), voire 1,2 % (Gard) jusqu'à 6 % (Dordogne, Yonne), 7 % (Creuse) et même 8 % dans les Ardennes.

> pdfEtude GART - ANATEEP sur la réforme des rythmes scolaires (870 ko)
> pdfArticle de la Revue Transports scolaires reprenant les pricnipales conclusions de l'étude (894 Ko)

Le transport en commun d'enfants défini à l'article 2 de l'arrêté du 2 juillet 1982 susvisé est interdit sur l'ensemble du réseau routier le samedi 1er août 2015 de 0 h à 24 h.
Par dérogation aux dispositions de l'article 1er, le transport en commun d'enfants est autorisé à l'intérieur du département de prise en charge et dans les départements limitrophes.
Un justificatif du lieu de prise en charge et du lieu de destination doit se trouver à bord du véhicule et être présenté à toute réquisition des agents de l'autorité compétente.
Le lieu de prise en charge s'entend comme le lieu de départ du groupe d'enfants transporté.
Arrêté du 19 décembre 2014 relatif à la journée d'interdiction de transports en commun d'enfants par des véhicules affectés au transport en commun de personnes en 2015. ORF n°0299 du 27 décembre 2014 page 22485, texte n° 18. NOR: DEVT1428296A.
solidaritelaique